Paola, la « culotte de cheval »…de sa mère !

Publié le par Dr Bernard Sillam


Paola, dix sept ans vient seule à la consultation. Habillée d’une ample tunique qui cache ses formes, elle avoue être très complexée par sa silhouette, son embonpoint et surtout par sa culotte de cheval qu’elle « tient » de sa mère dit-elle. Côté alimentation ? C’est catastrophique soupire-t-elle. « J’ai déjà fait pas mal de régimes, mais je craque toujours sur les sucreries. De plus, même quand je fais un régime draconien, je n’arrive jamais à effacer ma culotte de cheval» se lamente la jeune fille.

 

« Ce type de demande chez les jeunes femmes est le plus fréquent en médecine esthétique. Le traitement passe par une prise en charge globale de la silhouette qui inclut un régime alimentaire afin d’agir avant tout sur le poids (Paola est en surcharge pondérale de 10 kilos). On peut ensuite envisager un  traitement local visant à éliminer la culotte de cheval qui la complexe tant.

Côté régime alimentaire, j’ai mis au point un programme qui se déroule en quatre phases d’une semaine chacune. Pendant la première, Paola va se nourrir exclusivement de protéines d’origine naturelle (viande,poisson, œufs). Pendant la seconde, elle va alterner protéines et légumes un jour sur deux puis pourra progressivement ré-introduire les autres catégories d’aliments les deux semaines suivantes ; la dernière semaine constitue une phase de stabilisation.

Ensuite si la culotte de cheval a résisté au régime on peut envisager le traitement amincissant le mieux adapté aux excès de graisse localisée : les injections de liquide hypo-osmolaire. Ce traitement consiste à injecter un liquide hyper sodé dans la zone concernée. Ce liquide va dilater les adipocytes (nom donné aux cellules graisseuses) puis les détruire définitivement. Ce traitement est efficace sur les amas graisseux modérés, et à condition que Paola garde un poids stable par la suite. En revanche si l’amas graisseux est très important et si la peau est très élastique, un traitement chirurgical par lipo-aspiration peut être envisagé. En pratique, chez les jeunes filles comme Paola il est raisonnable de commencer par le traitement hypo-osmolaire, moins engageant et plus doux qu’une chirurgie. Ces actes médicaux nécessitent de toute façon l’autorisation écrite des parents, la jeune fille étant encore mineure. »


Dr Bernard Sillam

Publié dans Amincissement

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article